La montagne rouge (sang)

La montagne rouge (sang)

27 avril 2015  

Montage-560x315-Theatre

La montage rouge (sang)

De Steve Gagnon

 

Synopsis

Un an après le suicide de son amoureux, une jeune femme retourne sur la montagne rouge où ils avaient l’habitude de se rendre ensemble. Profondément démunie face à la mort de celui qu’elle a immensément aimé, elle peine à se reconstruire. En se rendant en pèlerinage sur les lieux de ce qui fut autrefois leur refuge, elle choisit d’inventer son propre rituel de deuil dans l’espoir de s’affranchir de sa douleur « une bonne fois pour toutes ». Premier volet d’un triptyque en cours d’écriture, La montagne rouge (SANG) de Steve Gagnon révèle une plume inusitée. Remarquable dans son expressivité comme dans ses silences, son écriture poétique évite subtilement les clichés et atteint le seuil de l’émotion. Inspiré par l’intensité qui émane des personnages de Gagnon, le metteur en scène Frédéric Dubois a souhaité approfondir leur quête de sens et de lumière en réponse à l’absurdité ambiante. Du coup, la collaboration Gagnon-Dubois s’est tout naturellement inscrite dans le « cycle du NON » amorcé depuis peu par le Théâtre des Fonds de Tiroirs, un cycle articulé autour du refus des compromis, de l’abrutissement et d’une existence sans poésie. Pour Dubois, qui s’est efforcé de donner corps à l’absence dans un espace où la mémoire explose, « l’intimité que demande l’histoire, comme un secret dit à l’oreille, nous permet d’explorer un tout petit lieu, un coin de salle de répétition, un tas de terre, un espace juste assez grand pour que deux corps puissent s’enlacer? ». Un espace où la réconciliation avec la vie devient possible.

 

Achat de billet