Théâtrographie

La théâtrographie complète du TFT

 

Le Théâtre des Fonds de Tiroirs s’inspire et approfondit des oeuvres phares du répertoire contemporain pour mieux entrer en dialogue avec les enjeux actuels de sa société.

La cantatrice chauve

Caf’art, Cap-Rouge, 1997

 

Texte – Eugène Ionesco

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Frédéric Dubois, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Christian Michaud.

 

Que se passe-t-il lorsque des personnages anglais ordinaires, installés dans un décor anglais ordinaire, discutent de choses anglaises ordinaires? Les Smith, famille traditionnelle londonienne, reçoivent les Martin pour la soirée. Le capitaine des pompiers leur rend aussi visite. Une série d’événements malencontreux nuira au bon déroulement des choses. Ils en perdront toute logique.

 

Première proposition de la compagnie, le spectacle se joue sur un proscenium minuscule qui impose un jeu physique décalé et très visuel. Les contraintes de la production jettent les bases de ce que deviendra le TFT des premières années.

Jacques ou la soumission, suivi de L’avenir est dans les oeufs

Caf’art, Cap-Rouge, 1998

 

Texte – Eugène Ionesco

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Ludger Côté, Éva Daigle, Frédéric Dubois, Mélina Grégoire, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Christian Michaud, Marie-France Picher

Environnement sonore par Pascal Robitaille qui se joint à l’équipe pour la première fois.

 

Dans Jacques ou la soumission et dans L’Avenir est dans les oeufs, pièces écrites tout au début de sa carrière théâtrale, Ionesco présente, en deux moments successifs, le drame d’un jeune homme qui ne supporte pas les compromis qu’imposent à tout individu la famille et la société. Les deux pièces donnent à entendre son cri de révolte.

 

Dans la même veine que l’année précédente, nous proposons une version physiquement intense qui dénonce la machinerie familiale qui bouffe l’esprit libre des deux héros amoureux.

Le cid maghané

Maison Blanchette, Cap-Rouge, 1999

 

Texte – Réjean Ducharme

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Ludger Côté, Éva Daigle, Marie-France Desranleau, Marie-Christine Lavallée, Christian Michaud, Daniel Roy, Tova Roy

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

C’est cette année-là que Julie Marie Bourgeois se joint à l’équipe d’abord à titre de directrice de production puis à la direction administrative, poste qu’elle occupe encore aujourd’hui.  Très rapidement, elle ajoute sa couleur au travail de la compagnie avec une sensibilité rare aux spécifités des projets hors cadre que nous présentons.

 

Calque intelligent du célèbre Cid de Corneille, l’auteur propose un texte qui met en lien la grande et la petite histoire. Il convoque ses personnages dans les mêmes dilemmes que le texte original, mais passe joyeusement du joual aux alexandrins, célébrant du même souffle la beauté de l’un comme de l’autre.

 

Après de longs échanges épistolaires, Réjean Ducharme nous permet de créer une nouvelle version de son Cid maghané. Version de sous-sol des Chevaliers de Colomb, sous les ambiances sonores de Pascal Robitaille avec une scénographie de Yasmina Giguère qui se joint à l’équipe pour la première fois.

Exercices de conversations et de dictions françaises pour étudiants américains

Salle bleue, Théâtre Périscope, Québec, 1999

 

Texte – Eugène Ionesco

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Frédérick Bouffard, Vincent Champoux, Éva Daigle, Marie-France Desranleau, Sophie Martin

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

Série de scènes insolites où nommer les choses fondamentales de la vie (nom, heure, habillement, puis envies, émotions, peurs) crée un déséquilibre narratif étrange.
Nous trouvons dans ces textes des mécanismes dramatiques qui nous stimulent à plusieurs égards: l’urgence des mots, la violence de la parole, la déconstruction de la structure narrative. Ceux-ci nous invitent à traiter ce texte blanc comme une longue descente noire de l’enfance vers l’adulte.

Tango

Local désaffecté, Cap-Rouge, 2000

 

Texte – Slawomir Mrozek

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Frédérick Bouffard, Ludger Côté, Éva Daigle, Monelle Guertin, Christian Michaud, Anne-Marie Olivier

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

Un adolescent révolté impose à ses parents, progressistes désenchantés, un brutal retour aux bonnes vieilles conventions bourgeoises. À la fois satire antibourgeoise et farce anti-stalinienne, c’est-à-dire en phase totale avec l’esprit de l’immédiat pré-soixante-huit, la pièce vaudra à son auteur son premier grand succès international.

 

La révolte, l’identité, les thèmes deviennent récurrents. Notre signature scénique se peaufine en proposant une lecture de plus en plus percutante des textes travaillés. 
Et comme nous sommes itinérants cet été-là, nous créons de toutes pièces un théâtre et sa scène dans un local désaffecté. Le propos et le lieu se lient pour raconter une même histoire.

Zazie dans le métro

Les oiseaux de passage, Limoilou, 2001

 

Texte – Raymond Queneau, adaptation de Frédéric Dubois

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Éva Daigle, Marie-France Desranleau, Frédéric Dubois, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

Zazie passe un week-end chez son tonton Gabriel à Paris et veut à tout prix prendre le métro. Pas de chance, il est en grève. Après avoir tenté une fugue matinale, elle rencontrera une faune humaine bigarrée qui bouleversera sa vie et celle de tous ceux qui l’entourent.

 

Encore une fois, histoire de révolte identitaire, dans une machine théâtrale hautement synchronisée (voire dansée par moments). Ce portrait décalé où les adultes sont plus enfantins que l’héroïne procure plaisir visuel, sonore et franches réflexions sur notre place à prendre dans le monde. Le spectacle sera présenté plus d’une centaine de fois, partout au Canada. La production se mérite cinq nominations aux Gala des Masques 2002 et gagne le prix Révélation de l’année.

Le cid maghané, en reprise

Première production en tournée du TFT

Salle Fred-Barry, Théâtre Denise-Pelletier, Montréal, 2001

 

Texte – Réjean Ducharme

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Fabien Cloutier, Ludger Côté, Éva Daigle, Marie-France Desranleau, Marie-Christine Lavallée, Christian Michaud, Tova Roy

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Chroniques des jours entiers, des nuits entières

Les oiseaux de passage, Limoilou, 2002

 

Texte – Xavier Durringer

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Emmanuel Bédard, France Larochelle, Marie-Christine Lavallée

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance – Hélène Robitaille

 

Mosaïque de personnages en quête d’amour, le texte est présenté sous forme de cabaret. Satire sur la solitude humaine, les personnages sont tous au bord de l’abime.

 

Durringer est présenté pour la première fois au Québec. Pascal Robitaille compose  sur ses des chansons inédites pour le spectacle. La liberté du format permet un décalage sur le propos, à l’instar des cabarets allemands des années 30. 
Le TFT s’installe pour une deuxième année aux Oiseaux de passage en continuant de présenter un théâtre rigoureux, populaire et ludique.

Zazie dans le métro, tournée canadienne

2002

 

Texte – Raymond Queneau, adaptation de Frédéric Dubois

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Marie-France Desranleau, Monelle Guertin, Valérie Laroche, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée et Frédéric Dubois, en alternance avec Alexandre Morais

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Téléroman

Les oiseaux de passage, Limoilou, 2003

 

Texte – Larry Tremblay

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Frédérick Bouffard, Frédéric Dubois, Jonathan Gagnon, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Jean-Nicolas Marquis, Tova Roy

Décor, costumes, lumières – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance – Hélène Robitaille

Conception vidéo – Henry Bernadet

 

Les personnages, danseurs amateurs sous le joug d’un chorégraphe tyrannique, se retrouvent entre les répétitions et tranquillement, se perdent et s’oublient au profit de Piscine municipale, le téléroman à la mode qu’ils écoutent trop passionnément.

 

Larry Tremblay est en avance sur son temps et propose un récit qui dénonce la surenchère de la télé-réalité. Nous explorons de nouveau le thème de la crise identitaire dans un écrin esthétique délirant. Les costumes de chair de Yasmina Giguère poussent très loin notre signature visuelle franche. L’aspect vidéo du spectacle propose également une réflexion forte sur l’emprise des nouveaux médias, alors que les Facebook de ce monde n’existent pas encore. Le spectacle est nomination au gala des Masques pour la conception vidéo.

Zazie dans le métro, tournée canadienne

2004

Vie et mort du roi boiteux

Les oiseaux de passage, Limoilou, 2004

 

Texte – Jean-Pierre Ronfard

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Stéphan Allard, Sylvio Arriola, Félix Beaulieu Duchesneau, Frédérick Bouffard, Marie-France Desranleau, Patrice Dubois, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Nadine Meloche, Anne Marie Olivier, Tova Roy

Décor, costumes – Yasmina Giguère

assistée de Jeanne Lapierre, Vanessa Cadrin et Francis Lauzon

Lumières – Félix Bernier Guimond

assisté de Francis Lauzon

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance – Simon Lemoine

 

Saga familiale calquée sur les grands récits shakespeariens, mais aussi des chicanes de galeries de Michel Tremblay tout en passant par les grandes épopées d’Homère et plusieurs d’autres, ce récit-fleuve de huit heures raconte l’histoire de Richard Premier, de sa naissance tumultueuse à sa mort, devenu roi de rien dans une ruelle de Montréal.

 

Nous dépassons nos propres limites, offrant une expérience extérieure unique dans une ruelle de Limoilou. La célèbre pièce n’a jamais été remontée depuis sa création et c’est à bout de bras et avec tous les moyens du bord que nous proposons une nouvelle lecture aux allures de fanfare juvénile. La structure du spectacle raconte en filigrane la courte histoire de la compagnie, se déployant d’abord sur une scène minuscule, pour se finir dans une théâtralité propre à nous et largement remarquée par le public et nos pairs.

Vie et mort du roi boiteux, en reprise

Stationnement du Théâtre Périscope, à l’occasion du Carrefour international de théâtre, Québec, 2005

 

Texte – Jean-Pierre Ronfard

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Stéphan Allard, Sylvio Arriola, Frédérick Bouffard, Marie-France Desranleau, Patrice Dubois, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Michel-Maxime Legault, Nadine Meloche, Tova Roy, Ansie St-Martin

 

Cette nouvelle version ajoute une partie déambulatoire. Nous avons pris d’assaut toutes les salles, corridors et halls du théâtre de la rue Crémazie pour que le spectateur soit aussi du voyage.

Téléroman, en reprise

Théâtre La Licorne, Montréal, 2005

La Nouvelle Scène, Ottawa, 2005

 

Texte – Jean-Pierre Ronfard

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Frédérick Bouffard, Ludger Côté, Frédéric Dubois, Jonathan Gagnon, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Tova Roy

 

La nouvelle mouture est plus traumatisante. La scène de La licorne permet de raffiner l’utilisation du décor (une série de vestiaires blancs).

Autour du boiteux

2006

 

Création collective à plusieurs mains – Pascal Lafond, Shakespeare, Jean-Pierre Ronfard

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Marie-Christine Lavallée, Olivier Lépine, Sophie Martin et Nadine Meloche

Décor – Vano Hotton

Costumes – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Éclairages – Félix Bernier Guimond

 

Autour du boiteux, c’est une réflexion sur le pouvoir. Une opération à cœur ouvert pour trouver où se trouve le siège de ce désir malsain qui peut à la fois construire et détruire. La  proposition est aussi l’occasion de jeter un pont vers l’œuvre de Ronfard et toutes celles qu’il a pillées pour écrire Vie et mort du roi boiteux.

La forme des choses

Théâtre Périscope, Québec, 2007

 

Texte – Neil LaButte, traduction de Paul Lefebvre

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Marie-France Desranleau, Jonathan Gagnon, Marika Lhoumeau, Christian Michaud

Décor – Vano Hotton

Costumes – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Éclairages – Félix Bernier Guimond

Assistance – Simon Lemoine

 

Adam tombe follement en amour avec Évelyne, une jeune étudiante en arts visuels. Elle lui fait voir la vie autrement, ouvre ses horizons. Mais tranquillement, Adam devient la chose de la jeune artiste. Malgré les nombreux avertissements de tout le monde, le renversement final se produira.

 

Fable réaliste aux dialogues tranchants, l’auteur propose une réflexion violente sur l’art et ses limites. Après dix ans de travail acharné et quelques tentatives infructueuses en création, la pièce nous permet de revenir au texte pur, et à nous faire réfléchir sur nos propres barrières.

La cantatrice chauve, suivi de La leçon

Théâtre Petit Champlain, Québec, 2007

 

Texte – Eugène Ionesco

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Jonathan Gagnon, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Christian Michaud, Ansie-St-Martin

Décor – Amélie Trépanier

Costumes – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Lumières – Christian Fontaine

Assistance – Simon Lemoine

 

Dix ans après sa création, nous revenons à ce grand classique fondateur. Il nous permet de voir où nous en sommes et comment nous faisons notre théâtre désormais. La troupe se pose dans un récit plus sombre, convoquant du même coup les spectateurs à choisir qui jouent le rôle de l’élève et du professeur dans La leçon, fable terrifiante sur les mécanismes de destruction du pouvoir.

 

Invités

Les Abdigradationnistes, Guy Bélanger et Vincent Bélanger, Martien Bélanger, Andrée Bilodeau, Daniel Boucher, Stéphane Caron, Paule Andrée Cassidy, Mathieu Doyon, Louisette Dussault, Antoine Gratton, Frédéric Lebrasseur, Yann Perreault, Reggie, Brigitte Saint-Aubin, Sylvie Tremblay, Karen Young

 

Invités pour le rôle de la bonne dans La leçon

Frédérick Bouffard, Éva Daigle, Marie France Desranleau, France Larochelle, Nadine Meloche.

La ceriseraie [visite libre]

Parc Notre-Dame-de-Grâce, Québec, 2008

 

Texte – Anton Tchekhov

Mise en scène – Véronique Côté, Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Véronique Aubut, Serge Bonin, Marie-Hélène Gendreault, Jean Guy, Maryse Lapierre, Véronika Makdissi Warren, Kevin McCoy, Réjean Vallée

Décor – Sébastien Dionne

Costumes – Kate Lecours

Environnement sonore – Pascal Robitaille et Andrée Bilodeau

Assistance – Simon Lemoine

 

Loubiov Andreevna revient dans sa Cerisaie après l’avoir quittée quelques années auparavant à cause de la noyade de son plus jeune fils. Le lieu est en perdition, il sera vendu. Mais personne ne prend la situation au sérieux et tous se perdent dans des amours impossibles et des idées du monde idéalistes.

 

Nous déconstruisons la trame originale du texte, articulant le drame autour de l’acte 3, celui de la fête. Ainsi, nous proposons une lecture différente, alors que, célébrant dans l’attente d’une réponse divine, toutes les traditions et racines pourrissent et meurent lentement.

Vie et mort du roi boiteux, en reprise

Espace Libre, Montréal, 2009

 

Texte – Jean-Pierre Ronfard

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Stéphan Allard, Sylvio Arriola, Christine Beaulieu, Frédérick Bouffard, Patrice Dubois, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Monelle Guertin, Catherine Larochelle, Marie-Christine Lavallée, Michel-Maxime Legault, Nadine Meloche, Anne-Marie Olivier, Tova Roy, Ansie St-Martin

 

Présenter une nouvelle version dans le théâtre de Ronfard est un privilège immense. Nous renouons avec notre version de ruelle de la première année, tout en utilisant à l’acte 6 la scène et l’architecture d’Espace Libre.

La montagne rouge (sang)

Carrefour international de Théâtre, Québec, 2010

Théâtre Périscope, Québec, 2010

 

Texte – Steve Gagnon

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Steve Gagnon, Claudiane Ruelland

Décor, costumes, lumières – Sébastien Dionne

Environnement sonore – Uberko

Mouvement – Geneviève Dorion Coupal

Assistance et régie – Adèle Saint-Amand

 

Un an après le suicide de son amoureux, une jeune femme retourne sur la montagne rouge où ils avaient l’habitude de se rendre ensemble. Profondément démunie face à la mort de celui qu’elle a immensément aimé, elle peine à se reconstruire. En se rendant en pèlerinage sur les lieux de ce qui fut autrefois leur refuge, elle choisit d’inventer son propre rituel de deuil dans l’espoir de s’affranchir de sa douleur « une bonne fois pour toutes ».

 

Le TFT touche à nouveau à la création d’un texte original et ouvre son univers à un jeune auteur tout juste sorti de l’école. Le texte croise les thèmes du début de la compagnie, mais présente un spectacle beaucoup plus épuré visuellement. Une table en bois figure la montagne et toute la poésie peut prendre l’espace. Fable tourmentée, notre lecture éclaire avec justesse les mystères du deuil.

Ines Pérée et Inat Tendu

Salle Multi, Méduse, Québec, 2010

 

Texte – Réjean Ducharme

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Sylvio Arriola, Véronique Côté, Jonathan Gagnon, Steve Gagnon, Catherine Larochelle, France Larochelle, Édith Patenaude

Décor – Frédéric Dubois

Costumes – Yasmina Giguère

Lumières – Denis Guérette

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance et régie – Adèle Saint-Amand

 

Deux orphelins en quête d’une place sur la terre. Ils ont couru, se sont fatigués, cherchent toujours sans relâche quelqu’un qui les aimera. Ils passent donc d’un lieu à l’autre, demandant l’asile, mais tous sont trop au désespoir et en manque d’amour pour les recueillir.

Le seul coupable de leur errance est le siècle qui les a adoptés. Un siècle qui, comme Saturne, dévore ses propres enfants.

 

Nous renouons avec Ducharme. Comme avec Ionesco, il nous apparaît essentiel que le temps nous ramène à nos premiers élans. Cela permet d’approfondir notre travail dans des terreaux littéraires qui nous servent bien. Nous concentrons notre lecture sur la langue complexe de l’auteur, et ce, afin de célébrer cette écriture théâtrale rare de notre répertoire.

Fallait rester chez vous tête de noeuds

Bibliothèque Gabrielle-Roy, Québec, 2011

 

Texte – Jonathan Gagnon, Rodrigo Garcia, Anne-Marie Olivier

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Marie Josée Bastien, Frédérick Bouffard, Anne Marie Olivier, Jocelyn Paré, Claudiane Ruelland

Costumes – Yasmina Giguère

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance – Adèle Saint-Amand

 

L’autrice et les auteurs raconte, avec des monologues intérieurs les peurs et les pulsions les plus violentes que nous contenons au quotidien. Les rages d’amour déçu, les injustices des petits pouvoirs, les frustrations et les désirs inavoués sont au rendez-vous au milieu d’une foule interdite.

 

Nous proposons avec ce spectacle une autre aventure in situ, mais où les spectateurs sont voyeurs. Installés dans la vitrine de la bibliothèque Gabrielle-Roy à Québec, et portant des casques d’écoute, ils entendent les acteurs et actrices qui eux, sont dans la rue, au milieu de la foule bigarrée de la ville. Cette proposition permet une approche du texte intimiste rare et une exploration de la parole nouvelle pour la compagnie.

Ines Pérée et Inat Tendu, en reprise

Codiffusion avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, Montréal, 2012

 

Texte – Réjean Ducharme

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Anne-Élizabeth Bossé, Jonathan Gagnon, Steve Gagnon, France Larochelle, Catherine Larochelle, Miro

Tout ce qui tombe

Coproduction avec le Théâtre du Trident, Québec, 2012

Codiffusion avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, Montréal, 2012

 

Texte – Véronique Côté

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Catherine-Amélie Côté, Steve Gagnon, Marie-Hélène Gendreau, Julianna Herzberg, Benoît Mauffette, Olivier Normand, Édith Patenaude

Décor – Marie-Renée Bourget Harvey

Costumes – Yasmina Giguère

Lumières – Caroline Ross

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Projections – Lionel Arnould

Assistance et régie – Adèle Saint-Amand

 

Trois décennies, quatre histoires d’amour, six destinées qui s’entremêlent sur deux continents. Des rencontres qui déclenchent tempêtes, remises en question, abandons. Jusqu’où ces couples seront-ils prêts à aller? La fragilité des individus, confrontés seuls à la réalisation de leurs rêves, les fait chanceler : partir ou rester? Vivre ou disparaître? Qu’est-ce qui est juste? S’enfuir ou s’embrasser?

 

Un texte émouvant, où toutes les questions sont empreintes des grands tourments de notre époque. Des départs qui font que tout s’effondre, des personnages qui tremblent, et des histoires qui consolent. Cette création d’une autrice de Québec, Véronique Côté, est présentée en première mondiale. Elle propose un voyage au cœur de la vie, entre l’Allemagne et le Québec, de 1989 à 2009.

Viande à chien

Coproduction avec le NTE

Présenté à Espace Libre, Montréal, 2012

Codiffusion au Théâtre Périscope, Québec, 2013

 

Texte collectif à partir D’un homme et son péché, de Claude-Henri Gagnon

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Guillaume Baillargeon, Louise Cardinal, Sébastien Dodge, Jonathan Gagnon, Noémie O’Farrell

Décor et costumes – Romain Fabre

Lumières – Renaud Pettigrew

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

Séraphin tient enfermée sa femme Donalda dans un loft épuré, froid et austère. Au centre de la pièce trône une version gigantesque d’une ferme Fisher Price. Et puis, soudainement, tout semble se dérégler, une tempête solaire brouille les signaux électriques. Donalda comprend qu’elle est prisonnière et le vieil avare fait une transaction qui le perdra.

 

Le Nouveau Théâtre Expérimental et le Théâtre des Fonds de Tiroirs, s’inspirant du roman de Claude-Henri Grignon et de ses personnages, tentent, dans une adaptation moderne de la figure de l’avare, de jeter un peu de lumière sur cette étrange machine qui s’est emparée de nos vies, ce système sans système, cette colonisation à rebours des êtres par leurs possessions.

La famille se crée en copulant

Théâtre Périscope, Québec, 2014

 

Texte – Jacob Wren

Le texte a été augmenté du Sel de la terre de Samuel Archibald, publié chez Atelier 10

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Eliot Laprise, Valérie Laroche, Claudiane Ruelland, Réjean Vallée, Isabelle Vincent

Décor – Marie-Renée Bourget Harvey

Costumes – Yasmina Giguère

Lumières – Caroline Ross

Environnement sonore – Pascal Robitaille

 

L’histoire de plusieurs familles, comme si on les regardait par la fenêtre. Et derrière les rideaux clos, toute une série de désastres quotidiens. Trois tranches pour raconter ce désastre moderne : une mosaïque de petits drames bourgeois, un bulletin télévisé et un téléroman sur une famille explosée par la venue d’un étranger anarchique.

 

Un autre cabaret dérisoire où chansons, slams, et histoires brèves dénoncent les déboires de ce que nous appelons la classe moyenne. Le décor sous un miroir incliné à 45 degrés permet de créer un vertige saisissant. Le travail sur la contrainte des premières années et le ludisme de nos dénonciations sont toujours au rendez-vous.

La famille cantatrice chauve, suivi de La leçon, en reprise

Théâtre Denise-Pelletier, Montréal, 2015

Five Kings, l’histoire de notre chute

Coproduction avec le Théâtre PÀP et Trois Tristes Tigres

Espace GO, Montréal, 2015

Centre National des arts, Ottawa, 2015

Théâtre de Poche, Bruxelles, 2015

 

Texte – Olivier Kemeid

Mise en scène – Frédéric Dubois

Direction artistique – Patrice Dubois

Avec – Olivier Coyette, Jean-Marc Dalpé, Patrice Dubois, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Gauthier Jansen, Park Krausen, Louise Laprade, Marie-Laurence Moreau, Etienne Pilon, Isabelle Roy, Vlace Samar, Emmanuel Schwartz

Lumières et environnement scénique – Martin Labrecque

Costumes – Romain Fabre

Musique – Philippe Brault, Nicolas Basque

Conception vidéo – Silent Partners

Assistance et régie – Stéphanie Capistran-Lalonde

 

Ils sont cinq, ils se succèdent, se détestent, s’aiment, se trahissent et sont du même sang. Ils proviennent du fond des âges et, pourtant, ils sont d’aujourd’hui. Ils passent leur vie à attendre d’être au sommet et sitôt la montagne gravie, leur chute s’amorce. Autour d’eux, leurs alliés et leurs conspirateurs. Au-dessus d’eux, les femmes, à la fois souveraines et victimes, broyées par les mâchoires de l’Histoire en marche.

 

Le TFT et ses coproducteurs poussent l’audace de terminer le projet inachevé d’Orson Welles et de mettre côte à côte le cycle des rois de Shakespeare. Parachutées à notre époque, leurs histoires dénoncent la machine du pouvoir avec une distribution impressionnante, dans un spectacle de plus de cinq heures.

Les bons débarras

Coproduction avec le Théâtre du Trident, Québec, 2016

 

Texte – Réjean Ducharme

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Lise Castonguay, Léa Deschamps, Clara-Eve Desmeules, Érika Gagnon, Steven Lee Potvin, Nicolas Létourneau, Vincent Roy, Nicola Frank Vachon

Décor – Marie-Renée Bourget Harvey

Costumes – Virginie Leclerc

Lumières – Denis Guérette

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Conception vidéo – Louis Robert Bouchard

Assistance – Émile Beauchemin

 

Manon, 13 ans, vit dans une maison isolée avec sa mère célibataire, Michelle, et son oncle Guy, simple d’esprit. Ils survivent en coupant du bois de chauffage qu’ils vendent. Manon est une enfant précoce, sensible et diaboliquement intelligente. L’école ne l’intéresse pas et son obsession est d’obtenir l’amour exclusif de sa mère. Comme une source apparemment intarissable, Michelle est entourée de personnes qui demandent son affection : Manon, Guy, son amant, le policier Maurice et Gaétan, mécanicien et ami de Manon. Lorsque Michelle découvre qu’elle est enceinte, elle tente de partager sa joie avec sa fille, mais la nouvelle de sa grossesse bouleverse Manon.

 

Un des films les plus marquants de la cinématographie québécoise, Les bons débarras, de l’énigmatique et mythique écrivain québécois Réjean Ducharme, est présenté pour la première fois sur scène.

Five Kings, l’histoire de notre chute, en tournée

Coproduction avec le Théâtre PÀP et Trois Tristes Tigres

Francophonie en Limousin, France, 2016

Théâtre du Trident, Québec, 2017

 

Texte – Olivier Kemeid

Mise en scène – Frédéric Dubois

Direction artistique – Patrice Dubois

Les chaises

Coproduction avec le Théâtre du Nouveau Monde, Montréal, 2018

 

Texte – Eugène Ionesco

Mise en scène – Frédéric Dubois

Avec Gilles Renaud et Monique Miller

Décor – Annick La Bissonnière

Costumes – Linda Brunelle

Lumières – Caroline Ross

Environnement sonore – Pascal Robitaille

Assistance et régie – Stéphanie Capistran-Lalonde

 

Ils vivent seuls dans la seule maison d’une île solitaire battue par les flots. Ce soir-là, enfin, toute leur vie va enfin prendre son sens : le Vieux a un message capital à livrer à l’humanité. Ils ont invité le monde entier et, lentement mais sûrement, le monde entier débarque – littéralement – chez eux. Alors il faut des chaises, encore plus de chaises : la Vieille en apporte, puis encore d’autres, puis encore et encore d’autres. Voilà, tout le monde est arrivé, même l’Empereur. Mais comme le Vieux est dépourvu d’éloquence, il a confié son message à un Orateur, qui finalement débarque.

 

Le TFT débarque sur la scène du TNM, vingt ans après son premier Ionesco et propose une vision cauchemardesque et dérisoire du récit des deux vieux qui attendent la fin du monde. Toute la candeur des premières années de la compagnie se retrouve sur ce plateau mythique, où quelques chaises font l’ensemble et laissent émerger la poésie des mots et des images.

Ont fait partie (ou font partie) du Conseil d’administration du TFT au fil des années

 

Julie Marie Bourgeois

Jean-Sébastien Brousseau

Simon Couture

Eva Daigle

Marie-France Desranleau

Frédéric Dubois

James Eaves

Jonathan Gagnon

Yasmina Giguère

Pierre Jobin

Marie-Christine Lavallée

Jean-Philippe Nadeau

Pascal Robitaille

Claudiane Ruelland

Marc St-Jacques